Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2017

1 an

1 an que mon dernier roman jeunesse court les éditeurs.

En 1 an : 60 envois.

35 silences.

25 réponses.

  • 22 réponses standards : Ont-ils lu le texte ?
  • 1 « oui » que j’ai finalement décliné.
  • 2 « non » argumentés

Je pense que j’ai raté ma 1ere présentation du roman ! Je l’ai ré-écrite, peut-être trop tard ?

Voici la nouvelle :

« La licorne du souvenir » 

France 2017 : Maura et Gaël, petits cousins, passent leur été chez leurs grands-pères respectifs.

Ecosse entre 1782 et 1815 : Alban se bat pour supporter un quotidien difficile en travaillant à la mine. Donella tente de conserver le sourire malgré un déménagement forcé.

Quel lien existe-t-il entre ces quatre enfants ?

C’est une licorne blanche qui va guider Maura et Gaël vers Donella et Alban. A travers des rêves qui se rejoignent.

 

Qu’en pensez-vous ? Vous donne-t-elle envie de lire la suite ?

Dans ces périodes, je me dis que je devrais sans doute arrêter de tenter d’être éditée. Ecrire juste pour moi. Pour encombrer un tiroir de manuscrits.

Manque de talent ?

Des textes pas à la mode ?

De la malchance ?

Ou juste que nous sommes trop nombreux à écrire ?

16/07/2017

Vendredi 14 juillet 2017 : Montmerle sur Saône

Vendredi 14 juillet 2017 : Montmerle sur Saône

 

Chaque année il y a un marché artisanal et cette année la mairie a ajouté un mini salon du livre. Nous étions 10, adulte et jeunesse. Nous étions placés dans une rue perpendiculaire à celle où se trouvaient les artisans, une rue qui menait à la Saône et au feu d’artifice.

Beaucoup de passages, mais les gens n’étaient pas venus spécialement pour les livres. Par contre, ils étaient curieux et c’est agréable de pouvoir parler de ses livres.

L’ambiance était agréable entre nous, j’ai retrouvé les auteurs du salon de Garnerans.

Nous avons eu de la chance avec la météo, nous avons un beau soleil toute l’après-midi.

 

Je vous mets quelques photos.

20046271_812194595635143_5214938556622936006_n.jpg

19989653_812192358968700_7024905830509443154_n.jpg

20155777_812192598968676_4230084141468393203_n.jpg

12:35 Publié dans Salons | Lien permanent | Commentaires (0)

10/07/2017

Critique de "La marque des soyeux" par culturevsnews

Voici un très jolie critique par Culturevsnews

 

Que découvrira Vivien aux côtés des Canuts ?
Souffre-douleur partout où il passe, Vivien se réfugie dans les livres. Alors qu’il parcourt un ouvrage sur Lyon, il est projeté dans le passé en 1831, au moment de la révolte des Canuts, les ouvriers de la soie.
Il y découvrira l’amitié, l’entraide, l’honneur et la lutte contre l’injustice. Comment s’en inspirera-t-il à son retour ?
L’aventure d’un jeune garçon d’aujourd’hui découvrant une Histoire qui sera pour lui source d’espoir et de changement.

Chronique : Vivien a une marque de naissance sur le visage. Il est le souffre-douleur de l’école. Il ne sait pas se défendre.
Il se réfugie dans la lecture. Les livres sont ses seuls amis.
Ce petit roman donne une idée de la vie dans le quartier de la Croix-Rousse, à l’époque des canuts. On y retrouve une description assez exacte de cette ville.Une belle histoire, très bien écrite, visuelle, émotionnelle, prenante, garçon et fille, l’amitié, la solidarité, l’apprentissage des valeurs essentielles avec une histoire beaucoup moins connue et pourtant annonciatrice de beaucoup de changements sociaux, une prise de conscience de la condition ouvrière, de l’exploitation par les patrons…
Le refus de certains soldats de tirer sur les Canuts. On voit les premiers combats, les barricades, les ouvriers qui rejoignent les rassemblements, les coups de feu, les blessés, les morts…L’Histoire est une leçon et il en a gardé les valeurs les plus belles.

Note : 9/10

 

  • Broché: 128 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 11 années
  • Editeur : Balivernes Editions (23 octobre 2014)
  • Collection : CARABISTOUILLES

61psWpyM83L._SX359_BO1,204,203,200_.jpeg

18:27 Publié dans Crtitiques | Lien permanent | Commentaires (0)