Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2017

« Les animaux ne sont pas comestibles » de Martin PAGE aux éditions Robert Laffont

 

Martin Page est un auteur jeunesse et adulte.

J’ai déjà lu « Manuel d’écriture et de survie » mais je n’avais pas réussi à rédiger un billet, mais j’en avais parlé durant mon interview radiophonique, .

Je le suis sur FB. C’est ainsi que je sais qu’il est végane. Je ne savais même pas ce que cela voulait dire. Peu à peu, j’ai appris que c’était ni manger ni utiliser tout produit animal. Je sais maintenant que ceci n’est qu’une définition partielle. J’en reparlerai plus loin.

Je connais donc très peu Martin PAGE. Sur FB (lieu de tous les excès), ses propos sont intelligents et sans agressivité.

Il se trouve que depuis plusieurs mois, je m’intéresse de près à des façons de se nourrir différentes (cru/ Jeûne), il est donc logique que j’aie eu envie de découvrir ce livre.

C’est un livre à la fois

  • Autobiographique, pour nous expliquer son cheminement : Comment et pourquoi devient-on végane ?
  • Intelligent, sensible : Il décrit ses difficultés, les obstacles, les réactions des autres. C’est toujours difficile d’être différent.
  • Instructif : Il raconte son quotidien, les courses, la cuisine. Il explique de façon très pédagogique ce qu’est être végane.

C’est un livre sincère.

« Le véganisme est une lutte de libération qui a aussi pour but de libérer les humains de leur domination »

Il dit les choses comme elles sont, sans détour.

A chaque page, je me retrouve confrontée à mes contradictions.

Depuis l’enfance nous sommes éduqués à manger la viande de certains animaux. Arrivé à l’âge adulte, on oublie de se poser des questions sur le parcours de ces animaux, leurs conditions de vie et de mort.

Les dernières révélations du groupe L214 sur les abattoirs, les reportages sur les animaux, nous ont ouvert les yeux. On ne peut plus dire qu’on ne savait pas.

 

Le véganisme est le refus de la domination de l’homme sur les animaux, comme de l’humain par l’humain.

Véganisme : « Lutter contre toutes les oppressions », développement de l’empathie. « Cesser les rapports de domination ».

C’est difficile d’être toujours honnête avec soi-même. Comme le précise Martin Page, « les êtres humains sont très forts pour se raconter des histoires ».

Quelques chiffres :

  • 1000 milliards d’animaux marins tués chaque année
  • 60 milliards d’animaux terrestres

 

Il y a les zoos !

Depuis toujours j’adore les zoos, j’en visite donc beaucoup. De grandes améliorations sont faites, justement pour que les animaux y soient de mieux en mieux. Bien-sur sans doute seraient-il mieux en liberté, loin des humains ?  Et s’il n’y avait pas de zoos, on ne saurait pas à quoi ressemble une girafe, un gorille, un lion ? Ah si, les riches qui voyagent …

Et non, je ne suis pas d’accord, certains zoos sont très utiles pour la sauvegarde d’animaux en voie de disparition.

 

Le passage sur la cuisine est très intéressant : Il se document, fait des essais. Ils construisent leurs expériences à 2. C’est sa chance et sa force. S’il était seul à être végane, le combat serait plus difficile.

C’est là où l’on réalise que souvent, on mange de la même manière que nos parents et que rarement on a pris le temps d’étudier ce qui était bon de manger pour notre santé.

 

Bien-sûr ce livre est parfois extrémiste « Je veux que la viande soir interdite », « je suis pour que l’état impose qu’il soit illégal de tuer des animaux et de les manger ». C’est la passion et la certitude ‘avoir raison. Il n’aurait pas pu écrire ce livre s’il n’était pas convaincu d ’avoir raison.

 

C’est un livre à lire, même si on ne rejoint pas Martin Page sur toutes ses idées.

C’est un livre qui fait réfléchir sur soi et ses contradictions, ses habitudes ancrées et rarement mises en question.

C’est un livre qui montre qu’encore une fois c’est compliqué d’être différent.

 

J’ai mis du temps à rédiger cette note. Ce livre est si dense, il y aurait tant à dire. J’espère malgré tout vous avoir donné envie de le lire.

Je pense que c’est un livre important.

Les-animaux-ne-sont-pas-comestibles.jpg

 

Commentaires

L'homme n'est-il pas omnivore ?

Écrit par : Babelle | 09/05/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire